Le marché des fusions-acquisitions et des levées de fonds 2020

Après des années record, le confinement lié à la Covid 19 a porté un coup d’arrêt à l’un des plus longs cycles de fusions et acquisitions de l’histoire. Ainsi, selon l’organisme Refinitiv, le marché français des fusions-acquisitions a reculé de plus de 25 % au premier semestre 2020. Les opérations qui étaient en cours ont pu être menées à terme mais les nouveaux projets ont été différés. Avec lucidité, les entreprises se sont consacrées à gérer la difficile équation de la baisse de leurs activités et du niveau de leurs charges fixes.

 Pour autant, le reste de l’année 2020 pourrait être dynamique alors que beaucoup d’entreprises regardent à nouveau les opportunités potentielles. La vague de consolidation attendue de longue date pourrait ainsi se concrétiser, menée par les entreprises au bilan solide et prêtes à braver un certain manque de visibilité. L’histoire montre que les deals conclus par temps de crise créent statistiquement plus de valeur que ceux bouclés en haut de cycle.

 D’autant que le financement reste très bon marché, grâce aux taux durablement bas et l’évolution des taux de change devrait aider le mouvement.

 Reste donc la question du prix. Certes, les vendeurs s’accrochent aux références du monde d’avant, encouragés par des signaux optimistes (marchés boursiers, carnets de commandes, chiffres records sur quelques mois, etc). En face, les acheteurs renvoient aux fondamentaux, pointant les effets très visibles du virus sur les performances des entreprises (et exagèrent parfois les mauvaises performances à court terme). Ce qui semble certain, c’est que les investisseurs comme les acquéreurs vont se concentrer sur les secteurs les plus résilients et dont la croissance est accélérée par la crise, comme les services faisant appel au digital, le secteur de la santé, les logiciels, et certains segments de l’industrie. Les autres secteurs devraient être sous pression.

L’EBE 2020 devra être ajusté de l’effet Covid / confinement afin d’avoir une vision plus réaliste de la performance économique de l’entreprise.

Au final, les opérations de fusions-acquisitions et de levée de fonds devraient reprendre progressivement à partir de l’automne 2020.